Miroir, miroir…

Le mythe de Psyché est l’histoire d’une jeune mortelle si belle que les hommes du monde entier viennent l’adorer, délaissant Vénus. La déesse de l’amour, morte de jalousie, envoie son fils Cupidon en mission, afin que Psyché s’éprenne de la créature la plus monstrueuse au monde. Mais il tombe amoureux de Psyché et invente avec Apollon une terrible prophétie : le mari qui lui est destiné est un serpent ailé. Psyché se résigne au sort prédit par l’oracle.
A la nuit tombée, son fiancé s’approche d’elle et ses craintes s’effacent. Psyché retrouve son mari uniquement la nuit, car elle ne doit le voir à aucun prix. Malgré l’interdiction et déchirée par le doute, elle se résout à le voir, mais par maladresse le brûle. Trahi, Cupidon dévoile son identité à Psyché et s’enfuit.

Pour le retrouver, elle se met au service de Vénus ; Psyché est à chaque fois aidée pour réaliser ses épreuves. La déesse, excédée, lui donne une ultime tâche: Psyché, piquée par la curiosité et la vanité, ouvre une boîte qui la plonge dans un profond sommeil. Cupidon, alerté, vient la secourir puis s’envole vers l’Olympe plaider leur cause à Jupiter qui les proclame mariés et donne l’immortalité à Psyché.

Crédits
Texte de Mathilde Gourdol et Claire Lockie, mise en scène de M. Gourdol
Avec Claire Lockie, Laure Majnoni, Joelison Rasolomanana et Mathilde Gourdol
Décors : Anne-Sophie Lemagny et Clémence Duflos
Création lumière : Didier Buchholtz
Costumes : Antonella Haffaf
Création sonore : Ludovic Flamand et Alexandre Santos.